Diabolo Menthe


  • Accueil
  • > Lectures
  • > Nicholas Evans et Douglas Kennedy: quand tout fout le camp
« | Accueil | »

Nicholas Evans et Douglas Kennedy: quand tout fout le camp

Mes deux premières lectures de l’année, et deux auteurs que j’aime beaucoup.

ne.gif
Nicholas Evans est célèbre pour avoir écrit L’Homme qui murmurait à l’oreille des chevaux. Mais il est bien plus que ça. Dans ses autres romans, Le cercle des loups et Le coeur des flammes, on retrouve l’essence de son oeuvre: des personnages en quête d’une autre vie, la nature, les grands espaces américains, des histoires d’amour qui tournent mal. Certains diront que ce sont des thèmes dignes de la collection Arlequin. Détrompez-vous, il y a du talent dans ces romans. Je dois pourtant avouer que j’ai moins accroché à son dernier, La ligne de partage. L’histoire: une jeune fille est retrouvée morte plusieurs mois après sa disparition. Elle était connue du pays entier comme éco-terroriste. Pendant que l’enquête avance pour tenter de découvrir ce qui a causé sa perte, on découvre peu à peu l’histoire de cette jeune fille, et surtout celle de sa famille. Une famille qui semble tout avoir, et pourtant. Un père et une mère pas heureux en mariage, monsieur s’en va, madame déprime, la fille se perd dans les bras d’un bad boy qui prend soin d’elle puis la pousse à commettre l’impardonnable et le fils… s’émancipe et prend sa place dans cette famille désormais éclatée. C’est très bien écrit, à la fois suspense et tragédie familiale, on attend la fin avec impatience dès les premières pages. Par contre, j’ai trouvé qu’il y avait quelques longueurs….

dk.jpg
Autre auteur que j’affectionne, Douglas Kennedy! Si sa recette ne change jamais vraiment – des personnages qui par désir de changement courent à leur fin – c’est toujours palpitant et très sombre. J’ai donc lu Les charmes discrets de la vie conjugale. L’histoire: Dans les années soixante-dix, une jeune fille, Anna, un peu paumée entre l’envie d’une vie bien rangée et la vie de bohème, décide finalement de se ranger avec un étudiant en médecine, et tombe enceinte dès les débuts de l’union. Fini la grande ville, le couple déménage dans une bourgade du New Hampshire pour que son mari puisse suivre ses études… à des kilomètres de chez eux. Par ennui et par désir de se sentir revivre, elle tombe sous le charme d’un ami de son père, qu’elle accepte d’héberger quelques jours en l’absence de son mari. L’idylle se termine sur une note imprévue qui laissera un goût amer à la jeune fille. Les années passent et soudain la vie du couple, maintenant parents de deux enfants, bascule. Leur fille est recherchée pour harcèlement sur l’un de ses amants marié, et Anna se retrouve au même moment sous les projecteurs lorsque son seul faux pas de jeunesse ressurgit. Son ex-amant, mêlé à une histoire de terrorisme, sort un livre sur la rédemption, prêche la fois et révèle au monde entier son aventure avec Anna, l’institutrice. Comment sauver sa fille, sa famille, son mariage et échapper à la pression médiatique? Est-ce que les traditionnelles excuses en public sont la solution d’une Amérique hypocrite pour résoudre tous les problèmes? C’est une histoire fascinante, on semble ne jamais plus voir le fond de cette descente aux enfers, et en même temps on veut aider Anna, on espère qu’elle va finir par trouver une issue… Je dois avouer que psychologiquement j’ai trouvé le roman assez difficile, à en avoir mal au ventre à force d’injustice, car ce sont des thèmes qui me touchent. Suis-je trop intense? Peut-être. Mais il n’en demeure pas moins que je vous conseille de lire au moins l’un de ces romans si vous ne connaissez pas Douglas Kennedy. J’avais parlé ici de son roman Cul de sac. Essayez L’homme qui voulait vivre sa vie, c’est drôle et noir à la fois, une merveille!

Et vous, que lisez-vous en ce moment?

LK


Laisser un commentaire

myblogcat |
la vie |
masanaa |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fred et Rick sont dans un b...
| Mes 3 annèes avant 30 ans...
| mon existence est une campa...