Diabolo Menthe


L’échappée Belle – condensé d’Anna Gavalda

ag.jpg

J’ai toujours aimé les romans d’Anna Gavalda. Du recueil de nouvelles Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part au magnifique Je l’aimais qui nous a conduit au fabuleux  Ensemble c’est tout, j’embarque toujours dans ses histoires, où chaque personnage pourrait être un proche, ou moi. C’est sa force. Ses personnages viennent tous nous chercher parce qu’on en a tous un dans notre entourage. Le seul roman que je n’ai pas encore lu d’elle est La Consolante. Mais ça ne saurait tarder.

L’échappée belle a été écrit il y a quelques années et vendu chez France Loisirs. Elle a remanié l’histoire et ses détails, et ça donne un petit roman, de 164 pages, très agréable à lire. L’histoire: un frère et ses deux soeurs s’échappent d’un mariage auquel ils ne souhaitent pas participer pour aller rejoindre leur petit frère en campagne tourangelle afin de passer un week-end qui sera peut-être le dernier de leur vie où ils pourront se retrouver, s’amuser, se confesser, et s’échapper d’un quotidien un peu trop lourd. Mettons famille, femmes et enfants de côté pour quelques heures de bonheur. C’est drôle, c’est touchant, et en le lisant j’aimais croire que je partais en week-end avec mon frère et mon cousin, comme quand on était petits. Juste nous trois.

Une belle lecture. Anna Gavalda ne change pas la recette, mais pour ma part, je trouve que ça fonctionne.

Et vous? Que lisez-vous en ce moment?

LK


La beauté made in Québec

Je n’ai quasiment jamais mentionné mes boutiques et produits fétiches dans la catégorie Bulles de plaisir. Non pas que je n’ai rien à y inscrire, mais, allez savoir! Time goes by!

J’adhère au message ‘consommer local’ le plus possible. Par conscience écologique certainement, mais surtout et avant tout parce qu’il y a assez de produits intéressants au Québec pour le faire. Que ce soit en terme de produits agroalimentaires, cosmétiques, mode, et même culturels.

Récemment j’ai découvert deux marques très intéressantes de cosmétiques naturels faits au Québec.

Amorosa: des produits faits à Magog, à base d’huiles essentielles de rose. Crèmes hydratantes, eaux, déodorants, baumes à lèvres… la gamme proposée est assez complète! J’ai tendance à être sceptique lorsque je dois utiliser des produits pour mon visage, sachant que j’ai une peau mixte, à la fois grasse et sèche. La vendeuse et propriétaire de la sympathique boutique Au bout du rêve (75, rue Principale Ouest) de Magog m’a affirmée haut et fort que l’eau de rose était parfaite pour resserrer les pores de la peau, sans les dessécher. J’ai donc craqué et testé. Mon résultat: c’est approuvé! Cette eau relaxe, affine les pores, en plus de dégager un délicat parfum. Sublime! Quant au baume à lèvres que j’ai aussi acheté, il fonctionne à merveille! Les produits ne se retrouvent pas facilement à Montréal, mais vous pouvez les commander en ligne sur leur site ainsi qu’à la boutique citée plus haut.

paniercadeau55.jpg
Zorah Biocosmétiques: cette compagnie montréalaise propose de superbes produits naturels, qu’elle vend très écologiquement. Masques, crèmes, baumes à lèvres, bruines hydratantes… Tous les produits sont certifiés par Québec Vrai. La base des composants est l’huile d’argan, que Zorah importe du Maroc et qui permet de faire vivre une coopérative de 70 femmes berbères qui cultivent l’arganier; on est en plein commerce équitable! L’autre engagement est écologique. Pas de surremballage, les contenants sont recyclables, l’encre utilisée pour les outils promotionnels est végétale… Partout où ils peuvent faire une différence, ils le font. Pourquoi ne pas les encourager? Les produits Zorah Biocosmétiques se trouvent très facilement dans les pharmacies et boutiques de produits naturels tels que Rachelle Béry. Ils sont également en vente sur leur site web. N’hésitez pas à tester! Mon coup de coeur va à la crème hydratante, non grasse, légère… un plaisir! Sachez aussi que la Présidente, Mélissa Harvey, participe à l’émission Voirgrand.tv diffusée à Vox. On y verra son portrait mardi 23 février! Pour plus d’informations visitez Zorah Biocosmétiques.

Prenez soin de vous!

LK


Musique

A part quelques vidéos postées à l’occasion, cela fait longtemps que je ne vous ai pas parlé de musique. Alors, voici ce que j’écoute ces temps-ci:

Elisapie Isaac: Sorti il y a déjà quelques mois, ce bel album, There will be stars, est le premier en solo de la chanteuse de Taima. Elle reste fidèle à ses origines inuk tout en orchestrant ses textes sur du folk/pop très contemporain. Je trouve sa voix sublime, ses mots attachants et j’espère pouvoir la voir bientôt sur scène. Moments forts: Navvaatara, Out of desperation, Inuk et Moi, Elsie.

Image de prévisualisation YouTube

Gossip: Music for men est le deuxième album de ce groupe que j’aime particulièrement. Et il est, d’après moi, bien meilleur que le précédent Standing in the way of control. C’est un disque beaucoup plus mature, toujours aussi dansant. Pour preuve le single que l’on entend souvent ici en radio, Heavy cross. Moments forts: Heavy Cross, Love long distance, Pop goes the world, Vertical Rythm.

Image de prévisualisation YouTube

Jacques Higelin: Tout autre style, mais j’écoute beaucoup sa double compilation, Platinum Collection, parue en 2007 (au Canada seulement?) où c’est un plaisir de retrouver les classiques Champagne, Tête en l’air, Tombé du ciel, Je ne peux plus dire je t’aime… J’espère que suite à la parution de son nouvel album, prévue d’ici quelques jours, il passera à Montréal pour un concert! Jacques, si tu m’entends…

Image de prévisualisation YouTube

Pacifika: C’est rare que j’écoute de la musique du monde, de la musique latine, ou bref appelez ça comme vous voulez. Mais ce trio de Vancouver, mené par la chanteuse péruvienne Sylvana Kane, propose un très bel album, Asuncion, que je vous recommande! Percussions, pop, une petite touche d’électronique… Parfait pour de beaux moments de douceur.

Image de prévisualisation YouTube

Rufus Wainwright: Vous le savez, j’adore sa petite soeur, Martha, dont j’ai déjà fait les éloges ici. Les deux ont récemment perdu leur mère Kate McGarrigle, mais elle leur a laissé un héritage musical inestimable. Il était donc temps que je me plonge dans l’univers de Rufus. Ne connaissant rien, j’ai choisi l’album au hasard sur Itunes, Poses. Très belle découverte, sa pop-folk est magnifique, autant que sa voix. Coups de coeur pour Cigarettes and chocolate milk, Poses, The tower of learning et Accross the universe. Je vais donc maintenant m’attacher à écouter ses autres albums.

Image de prévisualisation YouTube

Et vous? Qu’écoutez-vous?

Bonne fin de semaine à tous,

LK
 

 

 

 

 


Nicholas Evans et Douglas Kennedy: quand tout fout le camp

Mes deux premières lectures de l’année, et deux auteurs que j’aime beaucoup.

ne.gif
Nicholas Evans est célèbre pour avoir écrit L’Homme qui murmurait à l’oreille des chevaux. Mais il est bien plus que ça. Dans ses autres romans, Le cercle des loups et Le coeur des flammes, on retrouve l’essence de son oeuvre: des personnages en quête d’une autre vie, la nature, les grands espaces américains, des histoires d’amour qui tournent mal. Certains diront que ce sont des thèmes dignes de la collection Arlequin. Détrompez-vous, il y a du talent dans ces romans. Je dois pourtant avouer que j’ai moins accroché à son dernier, La ligne de partage. L’histoire: une jeune fille est retrouvée morte plusieurs mois après sa disparition. Elle était connue du pays entier comme éco-terroriste. Pendant que l’enquête avance pour tenter de découvrir ce qui a causé sa perte, on découvre peu à peu l’histoire de cette jeune fille, et surtout celle de sa famille. Une famille qui semble tout avoir, et pourtant. Un père et une mère pas heureux en mariage, monsieur s’en va, madame déprime, la fille se perd dans les bras d’un bad boy qui prend soin d’elle puis la pousse à commettre l’impardonnable et le fils… s’émancipe et prend sa place dans cette famille désormais éclatée. C’est très bien écrit, à la fois suspense et tragédie familiale, on attend la fin avec impatience dès les premières pages. Par contre, j’ai trouvé qu’il y avait quelques longueurs….

dk.jpg
Autre auteur que j’affectionne, Douglas Kennedy! Si sa recette ne change jamais vraiment – des personnages qui par désir de changement courent à leur fin – c’est toujours palpitant et très sombre. J’ai donc lu Les charmes discrets de la vie conjugale. L’histoire: Dans les années soixante-dix, une jeune fille, Anna, un peu paumée entre l’envie d’une vie bien rangée et la vie de bohème, décide finalement de se ranger avec un étudiant en médecine, et tombe enceinte dès les débuts de l’union. Fini la grande ville, le couple déménage dans une bourgade du New Hampshire pour que son mari puisse suivre ses études… à des kilomètres de chez eux. Par ennui et par désir de se sentir revivre, elle tombe sous le charme d’un ami de son père, qu’elle accepte d’héberger quelques jours en l’absence de son mari. L’idylle se termine sur une note imprévue qui laissera un goût amer à la jeune fille. Les années passent et soudain la vie du couple, maintenant parents de deux enfants, bascule. Leur fille est recherchée pour harcèlement sur l’un de ses amants marié, et Anna se retrouve au même moment sous les projecteurs lorsque son seul faux pas de jeunesse ressurgit. Son ex-amant, mêlé à une histoire de terrorisme, sort un livre sur la rédemption, prêche la fois et révèle au monde entier son aventure avec Anna, l’institutrice. Comment sauver sa fille, sa famille, son mariage et échapper à la pression médiatique? Est-ce que les traditionnelles excuses en public sont la solution d’une Amérique hypocrite pour résoudre tous les problèmes? C’est une histoire fascinante, on semble ne jamais plus voir le fond de cette descente aux enfers, et en même temps on veut aider Anna, on espère qu’elle va finir par trouver une issue… Je dois avouer que psychologiquement j’ai trouvé le roman assez difficile, à en avoir mal au ventre à force d’injustice, car ce sont des thèmes qui me touchent. Suis-je trop intense? Peut-être. Mais il n’en demeure pas moins que je vous conseille de lire au moins l’un de ces romans si vous ne connaissez pas Douglas Kennedy. J’avais parlé ici de son roman Cul de sac. Essayez L’homme qui voulait vivre sa vie, c’est drôle et noir à la fois, une merveille!

Et vous, que lisez-vous en ce moment?

LK


Hole – Doll parts

Ça faisait longtemps que je n’avais pas posté de vidéo musicale du dimanche, alors voici Hole, Doll part. Souvenir d’adolescence où je me sentais tellement proche de toutes les chanteuses torturées qui criaient leur rage (Alanis, Shirley, PJ, Tori…). Et je trouve que ça manque un peu de rage en ce moment en musique.

Image de prévisualisation YouTube

 


12345...22

myblogcat |
la vie |
masanaa |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fred et Rick sont dans un b...
| Mes 3 annèes avant 30 ans...
| mon existence est une campa...